LES NOUVELLES FABLES DU PAYS FRANCIEN
Accueil
Liste des fables
Liste des thêmes
Liste des dictons
Index des moralistes cités
Messagerie et Livre d'or

PORCINET ET LES PERMIS A POLLUER
du clap de fin pour Porcinet

l était chez roussette une étrange façon
De donner de l’argent pour tuer son prochain.
Quand les mœurs d’un parent ne la contentaient point,
Quand l’envie la prenait d’occire un trublion,
Moyennant quelque argent, roussette allait mander
L'appui d'un requin blanc, sicaire de métier.
Le Grand Conseil s’émut de ces vils procédés
Qui faisaient si peu cas de la moralité.
Porcinet réfléchit et trouva la manière
Pour bannir de ces us, la criminalité.
Chacune des roussettes se verrait accorder
Le droit de trucider un coreligionnaire;
Ces droits sur un marché se pourraient échanger:
Plutôt que de servir, on pourrait les revendre
Et en tirer boni. L’appât de tant de rentes
Devrait calmer l’instinct criminel des roussettes
Affirmait Porcinet, qui voyait au passage
La possibilité, comme en voulait l’usage,
De taxer ce commerce, et d'en faire sa recette.
Il devint vertueux de tuer, de piller,
De polluer, d’empoisonner, d’intoxiquer ...
Moyennant le paiement d'un forfait à payer,
Forfait dont le calcul se trouva fort aisé
Puisqu'il fut decidé d'appliquer les édits
Galo-discriminants issus de l'harmonie.
Le meurtre d'un blondin, couterait quelques tunes,
Tandis que l'invective d'un polycultureux
Au front tout bossueux, vaudrait une fortune.
Porcinet s’inquiéta qu’un facho aux yeux bleus
S'en vint le chouriner, sans craindre le bûcher.
Et de légiférer pour fixer le montant
Des permis à tuer pour fort légalement
Pouvoir le trucider. Un emprunt fut lancé
En moins d'une semaine, le pognon était là !
Tout le pays francien laissa crier sa joie.
"Point ne devons l'occire" professa Vieil Hibou
"Ce n'est point suffisant. Il nous mit dans la bouse
Sa place est dans les chiottes, le blair dans l'urinoir.
Qu'il cure tous les jours la merde des égouts,
Qu'il astique les gogues, qu'il racle les crachoirs
Qu'il torche les latrines, qu'il nettoie les pissoirs
Et surtout qu'il dégage, qu'il se barre, et se trisse !
Nous ne voulons plus voir sa face de jocrisse.

"Quand le dernier qui rit, a bien fini de rire,
Personne ne rigole plus"
Pierre Dac


fable précédente

        


fable suivante