FABLIAUX DU PAYS FRANCIEN
Accueil
Liste des fables
Liste des thêmes
Liste des dictons
Index des moralistes cités
Messagerie et Livre d'or

LA PLUIE ET LE BEAU TEMPS
de la parité

renouilles et cigales étaient en désaccord
Quant à vouloir du temps limiter les transports.
Cigales qui aimaient lézarder au soleil
Se plaignaient quand la pluie assombrissait le ciel ;
A l’inverse grenouilles éprouvaient de la joie
En entendant la pluie clapoter sur les toits.
Un concile se tint, où furent convoqués
Le soleil et la pluie. Chacun dut s’expliquer.
Les discours du premier avaient quelque valeur ;
Les arguments de l’autre avaient bon fondement :
Si parfois le soleil avait trop de vigueur,
La pluie par ses excès déchainait des torrents.
Tartuffe dont on sait qu’il aime chapitrer
Trouva la solution : l’exacte parité :
La pluie et le soleil auraient les mêmes droits
Pour orienter et gouverner du temps, les lois.
Génial ! subtil ! habile ! et surtout, démocrate !
Les louanges et les fleurs couvrirent notre énarque.
Mais comment devait-on appliquer cette règle ?

Experts étudièrent ce nouveau casse tête
Et choisirent tout d’abord d’alterner tous les mois.
Grenouilles contestèrent ; on choisit tous les jours.
Cigales réclamèrent ; on choisit nuit et jour.
Tout le monde se plaint ; on fit tout à la fois
Le soleil flamboyer et la pluie arroser
L’arc en ciel s’en émut : quand pourrais je briller ?
La bise et l’ouragan, qu’on avait oubliés,
Prétendirent jouir de cette parité.

La brume réclama, et bientôt le crachin
La neige et le brouillard, la bruine et les embruns
Tous vinrent protester, tous vinrent demander
Qu’exacte parité leur soit administrée.
Rien n’était déjà simple ; tout devint compliqué.
Cigales avaient froid, ou bien elles grillaient ;
Les grenouilles séchaient, ou dans rus se noyaient.
Dans la même journée, les saisons voltigeaient,
Passant du gel au feu, de l’humide à l’aride.
Tout était détraqué, plus rien ne fonctionnait.
On s’en alla quérir hors de sa thébaïde
Un crapaud fort savant, dont on se rappelait
Qu’il était de tout temps l’ami des salamandres .
Le crapaud déplora : « Cette folie est grande
De vouloir s’obstiner à rendre paritaire,
Ce que Dame Nature voulut complémentaire ? »

Les femmes qui veulent être égales aux hommes
Manquent sérieusement d’ambition.
Jean-Marc Reiser


fable précédente

        


fable suivante