FABLIAUX DU PAYS FRANCIEN
Accueil
Liste des fables
Liste des thêmes
Liste des dictons
Index des moralistes cités
Messagerie et Livre d'or

PORCINET ET LE MIROIR MAGIQUE
des Sans-Dents (III)

n mystère flottait dedans l’Hôtel d’Evreux
Depuis que Porcinet habitait en ces lieux.
Au douzième sous-sol, un couloir ténébreux
Menait vers une porte fermée à triple tours.
Certains soirs, à minuit, après quelques détours
Une ombre sépulcrale, en franchissait le seuil,
Traversait une salle aux tentures de deuil,
Puis, d’un pas hésitant, pénétrait en tremblant
Dans un cabinet sombre, éclairé faiblement
Par deux ou trois torchères. Face à lui, sur le mur,
Un miroir maculé de mille mouchetures.

Après avoir groumé un pathos satanique
Porcinet demandait « Miroir, ô beau miroir,
Toi, de la connaissance, le fabuleux ciboire
Réponds- moi sans détour : Suis-je le plus mardeux ?
De tous les incapables, suis-je le plus suiffeux ?
Et des manichéens, suis-je le plus fielleux ?
« Mais oui, ô Grand Calife, tu es Notre Omega,
Et tu es notre Alpha. » A ces mots, Porcinet jubila :
«Je les ai tous baisés, car je c’est moi le Calife ! »
Un soir, n’en pouvant plus, il demanda tout bas
« Mais dis-moi beau miroir, suis-je aimé des Gaulois ? »
« Il ne faut pas charrier, et pousser sans soutif
Julie dans les orties, elle sait pas nager !
Tous ils ont contre toi un bon pacson de dents

Pour tout dire, la mâchoire, car tu les as blousés
Cocufiés, empaumés, bernés comme des glands. »
« Ce sont donc leurs quenottes, qui contre moi les cabrent ?
Je vais les édenter, leur arracher les dents
Pour que tous ces nabots m’acclament et m’idolâtrent.»

Et les gaulois sans dents, applaudirent leur chef
Qui trouvait bien normal qu’il leur vende du zef.

Il est des rages de dent qu’on ne peut ignorer.
Confucius



fable précédente

        


fable suivante