FABLIAUX DU PAYS FRANCIEN
Accueil
Liste des fables
Liste des thêmes
Liste des dictons
Index des moralistes cités
Messagerie et Livre d'or

A L'AUBERGE DU "CHEMIN VERT"
de la fausse amitié

n l’auberge du « Chemin Vert », forces ripailles
Se faisaient. On buvait de la bière. On chantait
On bouffait, on baffrait. Les chopines valsaient.
Les chapons et les moules, les pâtés et les cailles
Les tripes, andouillettes, cassoulets, paellas,
Défilaient sur la table, et faisaient les choux gras,
D’un clan de compagnons, festoyant sans badoit.
Quiconque les voyait, se disait que voilà
Des amis réunis comme doigts d’une main.

Il se fit par malheur, qu’au détour d’un chemin,
L’un des joyeux compères dans la vase, tomba,
Par bonheur cheminait sur ce même sentier,
L’un des amis de l’embourbé. «Holà, à moi,
A mon secours, dans la vase je suis piégé !»
«Pourquoi te secourir ?» «Au nom de l’amitié !»
« Quelle amitié ? De tes harangues compassées
Je serai libéré. Crèves dans ton lisier !»
Un autre compagnon passa par l’avenue.
« Au nom de cet argent que tu n’as pas rendu,
Un main secourable pourrais-tu bien me tendre ».
« Quel culot, quelle audace, je ne suis pas à vendre!
Oser par quelques sous acheter mon estime !
Tu voulus m’humilier en prêtant tes centimes.
Crèves dans ton lisier, tu l’as bien mérité. »
Un troisième larron, prince des grimaciers,
Fit sitôt demi-tour. Un autre ne vit rien.
Un cinquième, devenu sourd, n’entendit rien.
Le sixième lui déclara : « Crains tes amis
Surtout s’ils sont bornés, et non tes ennemis ! »
Puis ce fut l’hallali. Tous étaient revenus
Pour rire du nigaud qui n’avait pas compris
Que l’amitié ne sert qu’à faire des cocus.

Gardes toi de vouloir obliger tes amis,
En retour tu n’auras que haine et jalousie.
Michel de Montaigne



fable précédente

        


fable suivante