FABLIAUX DU PAYS FRANCIEN
Accueil
Liste des fables
Liste des thêmes
Liste des dictons
Index des moralistes cités
Messagerie et Livre d'or

LE LOUP DEVENU MOUTON
du droit du sol et du droit du sang

es temps devenaient durs pour Messire Ysengrin.
Biquets ne venaient plus jouer dans les collines.
Dans de belles prairies, protégées par des chiens
Des troupeaux gras et gros, pâturaient fort tranquilles.
Le petit chaperon n’avait plus de mère-grand,
A qui rendre visite, pour tomber sous la dent
De notre canidé. Et lorsque les bergers
Venaient dans les hauteurs, s’étaient pour le chasser
A grands coups de fusil ! Ysengrin déprimait,
Maigrissait, s’atrophiait, s’émaciait !
Il lui fallait trouver remède à ses tracas.
Sa voix le trahissant, sa patte restant noire,
Il ne pouvait mimer l’allure d’un pastoureau,
Qui lui aurait permis, de rentrer sans accroc
Au pays de cocagne, dans l’Olympe des loups :
Dans une bergerie, dans son garde manger !
Car loup, il était né, et devait rester loup...
Mais les droit-de-lhommistes avaient une autre idée

Sur ce qu’il faut entendre par citoyenneté :
Suffisait d’être né, un jour au bon endroit
Pour toucher la cagnotte, sans se préoccuper
De qui l’avait rempli, pourquoi elle était là.
Dame Hersent était pleine. Sur le point d’accoucher,
Jusqu’à la bergerie, elle se traine en geignant :
« Mes petits vont venir, aidez moi, je les sens ! »
Fermière d’accourir, délégués, députés,
Ministres, mandataires, de se précipiter
Pour se congratuler de leur fraternité.
On agréa les loups ainsi que des brebis
Ayant acquis les droits de vivre en bergerie
Puisqu’ils y étaient nés. Ils eurent les mêmes droits
Et même parfois plus, que ceux qui étaient là.

Au bout de quelques temps quand Messieurs les Louvats
Se virent Loups parfaits et friands de tuerie,
Saignèrent la moitié des agneaux les plus gras.
Les chiens qui, sur leur foi, se croyaient à l’abri,
Furent aussi égorgés tandis qu’ils sommeillaient.
Tout fut mis en morceau, nul ne put se sauver,
Car loup, ils étaient nés, et loups ils demeuraient,
Un morceau de papier ne pouvant pas changer.
Les liens que la Nature avait voulu tisser
Entre ainés, grands parents, parents et nouveaux nés

Droit du sang, franc de droits,
Droit du sol, vol des droits.
Maximilien de Robespierre

( lignes 34-36: Jean de La Fontaine "les loups et les brebis")


fable précédente

        


fable suivante