FABLIAUX DU PAYS FRANCIEN
Accueil
Liste des fables
Liste des thêmes
Liste des dictons
Index des moralistes cités
Messagerie et Livre d'or

LES GAULOIS
du socialisme francien

u soir du septième jour, la terre étant créée,
Jupiter décida qu’il fallait la peupler.
Dans une énorme jarre, défauts et qualités
Se trouvèrent mêlés, pour que chaque tribu,
Par le fait du hasard, de deux, en soit doté.
Et la main innocente d’un angelot joufflu
Débuta le tirage. A seigneur tout honneur,
Les Etatsuniens furent les premiers dotés.
Ils seraient prétentieux, grossiers et prédateurs.
Puis ce fut aux Britons de se voir accorder
Les dons d’hypocrisie et d’anormalité.
Teutons seraient bornés, chauvins et travailleurs.
Les uns après les autres, les peuples défilèrent.
Vint le tour des Gaulois. Ne restaient que trois sphères !
« Je serai généreux » décida Jupiter
Puisqu’il reste trois dons, Gaulois auront les trois,
Mais ne pourront jouir que de deux à la fois.
Les trois dons qui restaient, étaient l’intelligence,
L’honnêteté, et la socialo-flatulence.
Gaulois se répartirent la soulte de la liste.
C’est ainsi qu’un gaulois, quand il est socialiste,
Ne peut pas être honnête, s’il est intelligent
Ou bien s’il est honnête, il est incompétent.

“France de ton malheur tu es cause en partie,
Je t'en ai, par mes vers, mille fois avertie.
Tu es marâtre aux tiens, et mère aux étrangers
Qui se moquent de toi quand tu es en danger,
Car la plus grande part des étrangers obtiennent
Les biens, qui à tes fils, justement appartiennent.”
Pierre de Ronsard



fable précédente

        


fable suivante