NOUVELLES FABLES DU PAYS FRANCIEN
Accueil
Liste des fables
Liste des thêmes
Liste des dictons
Index des moralistes cités
Messagerie et Livre d'or

LE CROCODILE ET LE LEZARD
de la justice spectacle

aché dans le marais, messire crocodile
A l’heure du dîner, guettait sournoisement.
Voulant se rafraîchir, une biche et son faon
S’en vinrent à l’étang, où tout semblait tranquille.
A peine le museau du gracieux animal
Avait effleuré l’eau, que le monstre bondit,
Et d’un coup de mâchoire, se saisit du petit.
La biche alla se plaindre auprès du tribunal.
L’alligator convint qu’il était meurtrier,
Qu’avec atrocité, il avait dévoré
Le tendre nouveau-né de la pauvre éplorée.
Il se mit à pleurer devant tous les jurés.
Et les pleurs embrouillèrent son regard criminel,
Et les pleurs embuèrent ses yeux froids et cruels,
Et les larmes giclèrent de ses yeux de canaille,
Et les larmes cachèrent son regard minéral.
Les médias applaudirent. Il y avait du spectacle !
L’audimat en folie grimpa jusqu’au pinacle !
Caïman fut absout, après avoir juré
Sur le dieu des athées, ne plus recommencer.
Le lendemain matin un petit marcassin
S’approcha de l’étang. Le saurien aussitôt
N’en fit qu’une bouchée. Allant vibramento
Notre acteur au prétoire, refit le cabotin.
Les unes des journaux se prirent de folie
Devant le numéro que fit le crocodile.
On l’absout à nouveau. Revoilà le reptile
Planqué dans la gadoue, pour de nouveaux délits,
Pardonnés aussitôt qu’ils étaient annoncés.
Cameras se cachaient dans les joncs du marais
Pour mieux saisir l’instant où le triste agnelet
Crèverait les écrans, en se faisant bouffer.
Les juges étaient heureux : on les interviewait;
Ministre était radieux : en Guignol s'exhibait;
Les vilains rayonnaient : partout le sang coulait
Les médias exultaient : leurs profits s'envolaient
En ces mêmes instants, lézard sur son rocher
Se chauffait au soleil, en gobant des moustiques,
Animaux malfaisants, malsains et maléfiques.
Arrêté sur le champ, lézard fut condamné.

Magouillez dans la vase en ayant pour soutien
La presse et les médias : vous serez disculpé.
Acquittez vos impôts, soyez bon citoyen
Au moindre des faux pas, vous serez foudroyé

"Il n’y a point de plus cruelle tyrannie
que celle que l’on exerce à l’ombre des lois
sous les couleurs de la justice."

Montesquieu



fable précédente

        


fable suivante