NOUVELLES FABLES DU PAYS FRANCIEN
Accueil
Liste des fables
Liste des thêmes
Liste des dictons
Index des moralistes cités
Messagerie et Livre d'or

LE CORBEAU ET LE RENARD
des promesses électorales

’on devait en ces temps nommer le Grand Voleur
Celui qui pour cinq ans pourrait tout à loisir
Piller, voler, tricher, dérober et mentir.
Notre Maître Corbeau, toujours plein de candeur,
Se demandait vers qui tomberait son suffrage.
Notre Renard revint lui servir un fromage.
« Rebonjour Monseigneur, que vous êtes joli,
Que vous me semblez beau ! Sans mentir mon ami
Vous êtes de ces bois, l’hôte le plus chanté ! »
« Me prends tu pour un sot » lui répondit l’oiseau
Il y a trop peu de temps que tu m’as pigeonné
Pour que je puisse encore avaler tes propos. »
« Mais plus rien n’est pareil » s’indigna le matois
« Je reviens pour t’offrir de quoi raser gratuit. »
« Au sujet du gruyère que tu me dérobas ? »
Questionna le corbeau. « Je ne te l’ai pas pris,
Juste un peu emprunté. Si tu votes pour moi
C’est mille et cent fromages que je vais te donner
Camembert onctueux, pyramide cendré,
Livarot au lait cru, comté au goût de noix »
Et la voix du corbeau dans l’urne du flatteur
S’ajouta aux bernés qui l’avaient déjà cru.
On décompta les votes ; le mystificateur,
Goupil le beau parleur, se retrouva élu.
Promesses s’envolèrent ; Corbeau toujours cocu
Jura toujours trop tard, qu’on ne l’y prendrait plus...

Les promesses n'engagent que ceux qui y croient.
François l'endauffeur



fable précédente

        


fable suivante